Les chemins

Les chemins


 

La presqu’île de Lancieux combine à la fois une façade maritime exceptionnelle et un arrière pays resté authentique. Les chemins qui parcourent la presqu’île sont très nombreux et permettent de découvrir aisément l’ambivalence de la station.

 

Le GR 34 ou « Chemin des Douaniers »

Le GR 34, entendez par là « Chemin de Grande Randonnée n°34 », part de la Normandie et rejoint la Loire Atlantique en longeant l’ensemble de la côte bretonne dans sa quasi totalité. Il est, par endroit, plus ou moins agréable. Nous avons la chance à Lancieux d’en posséder une belle partie qui passe, entre autre, sur le site naturel protégé du Tertre Corlieu. Il surplombe alors toute la baie de Lancieux laissant découvrir un paysage à couper le souffle.

Il s’appelle aussi « Chemin des douaniers ». Au 17ème siècle, Colbert met en place un corps pour lutter contre le trafic de sel, de café et de tabac, alors lourdement taxés, entre les différentes provinces françaises. A partir de 1793, les marchandises anglaises sont proscrites en France. Une contrebande entre la Bretagne et les îles anglo-normandes naît. Les douaniers se trouvent alors en force sur les 1300km de côtes bretonnes, qu’ils arpentent sans relâche. C’est alors que le sentier des douaniers est aménagé. Pour le sauvegarder,  il a été classé « Grande Randonnée », ce qui permet de l’entretenir régulièrement.

 

Les chemins creux

Il est aujourd’hui très rare de voir des chemins creux. S’ils étaient fréquents en Bretagne jusqu’en 1950, beaucoup ont aujourd’hui disparu à cause du remembrement et de la mécanisation. Leur grand nombre était dû à la dispersion de l’habitat rural et l’émiettement des zones agricoles en petites parcelles. La partie centrale de ces chemins est peu praticable si ce n’est par les charrettes. Les eaux de pluie s’y accumulent et l’importance du feuillage qui les couvre empêche le soleil d’y pénétrer. Il faut donc marcher sur les talus pour rester propre. Plusieurs sont encore conservés sur la presqu’île de Lancieux.

Aujourd’hui entretenus et drainés, ils permettent de s’y promener agréablement, notamment l’été lorsqu’il fait chaud.

Le plus connu est le chemin dit « des poissonniers ». Il était autrefois emprunté par les personnes ayant des pêcheries à l’Islet et habitant de l’autre côté du tertre de la Roche.
 
 

Les autres chemins 

Il existe d’autres chemins bien entretenus sur la presqu’île permettant de l’arpenter et d’en découvrir les multiples aspects, ainsi que la sérénité de certains lieux, sans difficultés.